Rechercher

J'AIMERAIS TE DIRE...


La parole occupe une très grande place dans la construction, l'entretien et la destruction de nos relations. Pour ceux d'entre nous qui croient que tout ce qui existe est le résultat d'un discours, il me paraît crucial de nous faire remarquer que nous ne pouvons pas croire que la parole soit neutre.


Jean 1:1-3

​"Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle."

Si nous ne voulons pas être victimes des mots, nous nous devons donc d'apporter une attention particulière à ce que nous disons, et aussi, à ce que nous entendons.

Mais parfois ce n'est pas ce qui est dit qui détruit, mais c'est l'absence de choses qui devraient être dites. Nous avons même fabriqué un mot pour les mots qui, quoi que pensés, ne sont jamais prononcés. Nous avons accepté de les appeler des "NON-DITS".

Il y a une conversation de Jésus avec ceux qui ont partagé sa vie (nuit et jour, jour après jour, pendant plus de trois années) qui m'a profondément interpellé. Voici ce qu'il leur dit:


Jean 16:12

"J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant."

Jésus, le modèle humain par excellence, fait le choix de garder des NON-DITS, des choses secrètes, à des personnes qu'il appelle lui-même "amis" et ce, malgré leur proximité.

Alors, je me suis demandé: "Qu'est-ce qui justifie que quelqu'un fasse le choix de ne pas dire à des personnes qu'il aime (et qui l'aiment en retour) tout ce qu'il a sur le cœur?" La réponse: "Leur incapacité à porter ces choses une fois qu'elles seront verbalisées."


Très cher lecteur, je me dois donc de te faire remarquer que les mots ne sont pas simples, qu'il ne sont pas neutres, et aussi, qu'ils viennent avec un poids.

Pour plusieurs personnes, comme elles ne les voient pas, elles ne se rendent pas compte de leur force, de leur impact. "Après tout", disent-elles, "ce ne sont que des mots."

Mais ces mots ont le pouvoir de bâtir ou de détruire, de blesser ou de guérir, de pousser ou de retenir.

Alors avant de parler (et parfois avant d'écouter), posons-nous la question si notre interlocuteur et nous-mêmes sommes capables de porter la pression qui viendra avec ces mots. Serons-nous capable d'assumer ces mots?


Pour ma part, je crois qu'il y a des mots qui doivent rester des NON-DITS.


Dans certaines situations, ces non-dits sont nécessaires afin de ne pas blesser. Dans d'autres situations, ces non-dits demeurent jusqu'à ce que notre interlocuteur et nous ayions pris du poids.


Je vais devoir m'arrêter là, même si j'ai encore beaucoup de choses à te dire. 😊


Très bon début de semaine.